I O P R E S S E

Le frigo est plein

Making-off #1 Quand l’idée d’IOPresse a germé…

image relative à Making-off #1 Quand l’idée d’IOPresse a germé…
© IOPlume

📌 IOPresse

Il y a quelques mois, IOPlume s’est lancée dans l’aventure de développer un outil digital à destination des acteurs de la presse francophone. Aujourd’hui, la version bêta d’IOPresse est en ligne.

Je m’appelle Tiphaine, j’ai 33 ans et je suis journaliste. Mon mari et collaborateur au sein d’IOPlume, la société que nous avons créée, c’est Mehdi, 35 ans, développeur web.

On peut dire que l’une de mes passions, c’est la vie des gens. J’aime que l’on me raconte des histoire et leurs détails, les écouter, puis, éventuellement, écrire pour les transmettre. Le truc de Mehdi, en revanche, c’est :

  1. identifier le problème,
  2. trouver la solution.

Il dit de lui-même qu’il n’est pas très empathique, mais vraiment pragmatique, qu'il faut que ça avance. Surtout, il a des tonnes d’idées pour essayer de contourner ou dépasser les petits obstacles de la vie. Il est astucieux : un pro du système D et de toutes ses déclinaisons.

Écrire pour le plaisir

IOPresse est justement l’une de ses « fulgurances » 🚀 

De mémoire, l’idée a germé à l’automne 2019. J’imagine qu’elle s’est formulée progressivement en voyant le temps et l’énergie que je déployais à démarcher les rédactions pour vendre mes papiers, souvent en vain.

« Tu penserais quoi d’une plateforme en ligne qui te permettrait de poster tes articles afin de les vendre à des éditeurs de presse, eux-mêmes utilisateurs de l’outil ? Tu pourrais te faire plaisir en écrivant un article sur un sujet qui t’intéresse vraiment, sans trop te soucier du débouché puisque c’est sur la plateforme. Tu pourrais aussi créer des synergies entre reportages », me lance-t-il un jour. 

Vous voyez ? Problème ⏩ solution.

Mon paradoxe à moi est que je déteste la monotonie... mais que le changement trop soudain me fait peur. Et là, c’était beaucoup de changements à opérer dans mon logiciel de pensée, hérité d’une pratique du « journalisme à papa ». Aussi, j’ai enfilé la tenue de mon sport favori : trouver de nouveaux problèmes aux solutions de Mehdi.

L’air marin et du remue-méninges

Heureusement, il n’a pas lâché l’affaire ! Et après quelques séances de pédagogie et un week-end corporate au bord de l'océan, nous avons décidé de nous lancer.

Pour moi, il était néanmoins important que mes craintes soient entendues car elles engendreraient des choix et probablement des réponses techniques, traduites sous forme de fonctionnalités sur la plateforme.

Parmi les points soulevés :

  • L’attachement de la profession à la rémunération en salaire des journalistes-pigistes
    C’était pour moi fondamental car je ne voulais pas fournir la lame qui finirait de scier la branche fragile sur laquelle la profession est assise. Je ne voulais pas non plus nous mettre à dos ceux qui devraient devenir les principaux utilisateurs et ambassadeurs de la plateforme.
    ⏩  Pour cette raison, IOPresse est, pour l’heure, un outil de mise en relation. L’argent ne transite pas par nous. Nous avons choisi de prendre notre temps sur la question de l’achat en ligne des articles afin de baliser au mieux le processus.
     
  • Avoir des gardes-fous pour qu’un utilisateur peu scrupuleux ne puisse utiliser un article à l’insu de son auteur. Travailler à la pige apporte certes une grande liberté, mais elle apporte tout autant de précarité. Le milieu est concurrentiel et les débouchés relativement maigres. Et c’est sans compter les dégâts de la crise sanitaire. Il y avait donc besoin de sécuriser au maximum le parcours « rédacteur » au sein d’IOPresse.
    ⏩  Nous avons opté pour un système de génération d’extraits aléatoires. Ainsi, l’acheteur potentiel peut vérifier a minima que l’article lui convient sans faire courir le risque à l’auteur de voir son travail détourné. L’article intégral est accessible une fois que l’éditeur de presse a contacté le journaliste et qu’ils se sont mis d’accord.
Passer outre ses peurs

Aujourd’hui, le projet minimum viable est en ligne. Cela signifie que cette version comporte les fonctionnalités de base, mais qu’elle n’est pas définitive. Elle intégrera les retours des utilisateurs que nous jugerons pertinents.

C’est une bonne première étape de passée, mais ce n’est finalement que le début. La phase de promotion dans laquelle nous entrons à tâtons doit faire connaître notre projet et nous permettre de fédérer une petite communauté de bêta-utilisateurs. Une sorte de crash test.

Mehdi parvient à prendre cela avec beaucoup de recul et ne voit, comme à son habitude, que le positif de l’expérience. Personnellement, je suis partagée entre la fierté de présenter ce projet, le challenge que le faire connaître représente, mais aussi la pression. Je n’aime pas l’échec (Mehdi me reprend : « Tu aimes le succès »), même si d’aucuns affirment qu’il est inhérent au chemin de l’entrepreneur. Vous qui me lisez opinerez sûrement.

D’ores et déjà, je retiens deux ou trois choses du chemin parcouru :

  • avoir des craintes est normal, mais si elles deviennent irrationnelles ou vous tétanisent, c'est que vous êtes passé du côté obscur de la force,
  • s’il y a une peur à évacuer au plus vite, c’est celle du regard des autres. Elle peut s'avérer très bloquante, sauf que personne ne gagne à ne pas faire bouger (un peu) les lignes,
  • la complémentarité, il n'y a que ça de vrai (ça n’évite pas quelques frictions surtout quand on partage boulot et vie privée),
  • il faut savoir trouver sa place dans un projet, là où on se sent utile, et comment le porter.

Si vous avez envie de découvrir IOPresse, le frigo digital des rédactions, c’est par ICI. Et n'hésitez pas à nous contacter, commenter, partager...

Publications similaires

Making-off #2 Stratégie de développement en VOSTFR

📌 IOPresseIl y a quelques mois, IOPlume s’est lancée dans l’aventure de développer un outil digital...