I O P R E S S E

Le frigo est plein

Moroccovid-19 | Fatima – Tassoultante

image relative à Moroccovid-19 | Fatima – Tassoultante
© Fatima

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de Marocains en cette période d'épidémie mondiale. Certains sont confinés, d'autres non, mais tous confient une tranche de leur vie, en mots et en images.

« Je suis confinée avec mes parents, mon frère et ma sœur à la maison. Je passe mes journées à étudier, lire, regarder des séries et des films, cuisiner et nettoyer. » Fatima, 20 ans, est étudiante en deuxième année à l’École des hautes études économiques, commerciales et d’ingénierie (HEEC) de Marrakech.

Ses études lui tiennent à cœur. Loin de voir la période de confinement comme des vacances anticipées, elle fait son possible pour garder le rythme. « Pour moi, les études à distance se passent bien et continuent d’être efficaces. De plus, j’ai presque toute la journée, donc j'ai assez de temps pour comprendre, pratiquer et réviser les cours pour réussir les examens. Plusieurs dispositifs ont été mis en place par l’équipe pédagogique de notre école pour nous permettre de continuer à étudier de la meilleure façon possible, dans les circonstances actuelles, et moi, à mon tour, je fais de mon mieux. » Elle précise que son emploi du temps a été préservé grâce aux classes virtuelles : « La visioconférence nous permet d’interagir avec nos professeurs », qui mettent aussi les supports d’apprentissage en ligne sur une plateforme dédiée.

Une période d'éveil

Pendant ce temps, son papa est contraint de travailler à l’extérieur. « Il est vendeur ambulant de produits d’entretien » et donc, comme pour nombre d’autres « petits » métiers, tributaire de ces sorties pour gagner son salaire. « Il sort deux à trois fois par semaine et va jusqu’à Douar Dlam [un quartier très excentré de Marrakech], à 4 km de chez nous. »

Si elle ne s’ennuie pas et « ne [voit] même pas le temps passer », Fatima regrette tout de même un peu « la vie normale ». « Je voudrais rendre visite à ma famille élargie comme avant et changer d’atmosphère. L’internat, mes amis là-bas et à l’école me manquent », avoue-t-elle.

Pourtant, elle s’applique à ne considérer que le meilleur : « Je n’ai pas peur, car je suis convaincue que cela passera et qu’il y a des opportunités derrière cette situation. Pour moi, c’est une période d’éveil à la valeur de la vie et de nos proches, à la connaissance et à ce que nous voulons réaliser. En d’autres termes, c’est la destruction avant la reconstruction. » 

Publications similaires

Moroccovid-19 | Oumria – Marrakech

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Souad – Sefrou

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Salwa – Tanger

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Sara – Rabat

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Saïd – Sidi Ghiat

📌 Publications non-alignées (PNA)

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de Maroca...