I O P R E S S E

Le frigo est plein

Moroccovid-19 | Zahira – Marrakech

image relative à Moroccovid-19 | Zahira – Marrakech
© Zahira

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de Marocains en cette période d'épidémie mondiale. Certains sont confinés, d'autres non, mais tous confient une tranche de leur vie, en mots et en images.

Zahira, habitante de Marrakech, n’est pas totalement confinée car elle est secrétaire médicale. « Je reçois les clients, je réponds aux appels, je classe les dossiers, etc. Mes horaires ont changé, je ne travaille que de 9h à 14h. À cause du Covid-19, les patients se font plus rares. » Pour s’adapter aux conditions actuelles, le cabinet spécialisé du boulevard Allal El Fassi pour lequel elle travaille offre des consultations gratuites par téléphone. Elle apprécie ce geste et estime qu’il est de leur devoir d’être à l’écoute des patients qui en ont besoin : « Pour la plupart [ils] ne [se] sont pas [déplacés] par peur de la contamination, par manque d’argent ou de transports ».

« Je suis tout le temps au contact du public : dans les transports que je prends pour me rendre au travail, qui est loin de chez moi, par la rencontre de ceux que je reçois au cabinet ou durant mes achats au supermarché », décrit-elle. « On a manqué de moyens de protection au début, mais maintenant gel et masques sont disponibles. »

La foi et la prière pour tenir bon

Après chaque sortie, le retour à son domicile, où elle vit avec sa mère et ses sœurs, devient un véritable rituel : « J’enlève mes chaussures devant la porte et je mets les autres, que j’ai laissées à côté. Je mets du gel, j’ouvre la porte. J’enlève mes vêtements de travail et mon masque, je nettoie mes mains au savon, puis mon visage et mes pieds et je reviens avec l’alcool nettoyer les poignées de portes de la maison. Il y a un grand risque d’apporter le virus depuis l’extérieur. Au début, j’avais peur d’être contaminée, mais par nécessité on s’habitue à cette situation. J’ai une grande foi en Dieu et il me protégera. Tout le monde, durant sa prière, demande à notre Dieu, grâce à sa puissance, d’enlever entièrement ce virus et de nous garder en bonne santé ».

Si elle constate que, chez elle, les liens familiaux se sont consolidés, elle redoute que « la période de confinement augmente [ce qui est le cas, puisqu’il est maintenu jusqu’au 10 juin, ndlr] et qu’on tarde à trouver un médicament. J’ai peur aussi de ne plus voir mes frères, nièces, amies… Et pour finir, de ne plus avoir de travail, donc pas de salaire. Ces crises et leurs inconvénients pèsent sur nous tous […] Ce qui me fait le plus de chagrin, ce sont surtout les gens qui ont des enfants handicapés ou des adultes avec des retards mentaux, qui doivent être gardés jour et nuit car ils se sentent prisonniers à la maison et veulent essayer de sortir. Ils ne veulent pas entendre les explications de leurs parents sur ce virus ».

Et de conclure : « J’espère que ce Covid-19 disparaîtra totalement pour qu’on revienne à nos vies d’avant ». 

Publications similaires

Moroccovid-19 | Youssef – Marrakech

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Oumria – Marrakech

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Toufiq – Marrakech

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Sara – Rabat

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...

Moroccovid-19 | Fatima – Tassoultante

📌 Publications non-alignées (PNA) 

Moroccovid-19 est un projet de recueil de témoignages de...